Le 3 décembre prochain, les salles ou se déroulent habituellement les séances de conseil communal seront pleines a craquer aux quatre coins de la Province… Nombreux seront les amis et membres de la famille désirant voir un de leurs proches prêter serment pour les six années à venir.

A Grâce-Hollogne, l’ambiance risque cependant d’être un peu plus électrique. On le sait, la campagne a été rude mais le PS a remporté la mise dans une atmosphère déléctère qui n’offrait qu’un seul strapontin de bourgmestre dévolu à Maurice MOTTARD, lequel à organisé la mse à l’écart du clan DONY…

Du courant de pensée diront les socialistes de Grâce-Hollogne proche de l’échevin des sports en le renvoyant dans l’opposition…

Le PS a perdu la tête mais la direction de la commune. Quand à Manu DONY, il n’a évidemment pas apprécié la manœuvre et un renoncement tombé du ciel d’un élu PTB devait rabattre les cartes puisque le PS hériterait du siège – si le renoncement est bien effectif le 3 décembre prochain, lequel reviendrait à un membre de la mouvance DONY. Et donc, le pacte de majorité signé avec le MR, Ecolo, et rcGH serait caduc.

La question a été posé à la Région Wallonne. Il nous revient qu’elle ne s’est pas formellement positionnée mais qu’elle considère que la situation de groupe politique doit bien être figée au soir des élections, à savoir en ce qui concerne le 14 octobre, soit ce que prévoit l’article L1 1 123, al.1 du code de la démocratie locale.

Une position après le 3 décembre
L’autorité de tutelle va de facto se positionner après le 3 décembre sur les pactes de majorité, et que le PS soit à 15 ou 16 élus, cela ne changerait rien. Une position qui est prise pour éviter toute instabilité d’un pacte quel qu’il soit lors des démissions et autres renoncement en cours de mandatures.

J.Ja.

La Libre Belgique – samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018.

Share This