Sélectionner une page

Les principes de la guérilla écolo

Le concept Green Guerilla est né à New York dans les années 70. Il mobilise les citadins afin de rendre les villes plus vertes en plantant un peu partout sans autorisation légale. Plus de vert, moins de bitume ! Voici quelques conseils pour se mettre à l’agriculture urbaine.

Qu’est-ce que la green guérilla ?

La green guérilla est un concept visant à végétaliser les zones urbaines. Ce concept a vu le jour à New York dans les années 70 et vise à rendre les villes plus vertes via une attitude de désobéissance civile. L’objectif de la green guérilla est de planter des légumes, des fleurs, des arbres fruitiers ou encore des arbres dans les espaces publics.

La guérilla écolo convient aux personnes qui ne disposent pas de gros moyens, mais qui sont déterminées et combattent à petite échelle pour obtenir ce qu’elles veulent. La green guérilla applique ces méthodes pour pouvoir végétaliser les espaces urbains. Chacun se met ainsi à planter selon ses moyens pour changer petit à petit le paysage urbain. Les terrains de jeux des guérilleros jardiniers sont les ronds-points, les parcs publics, les terrains en friche… Bref, le moindre carré de terre où il est possible de faire pousser une plante !

Pourquoi se mettre à la green guérilla ?

Les espaces urbains sont inexploités alors qu’ils constituent un terrain idéal pour faire pousser des légumes ou encore des arbres fruitiers ou non. Par ailleurs, de nombreux foyers n’ont pas les moyens de consommer des fruits et légumes frais tous les jours à cause du prix de ces derniers. En planter dans les espaces urbains permet à des personnes dans le besoin de manger des fruits et des légumes gratuitement. Parallèlement, la green guérilla est une solution pour rendre la ville plus verte et ainsi de participer à la protection de l’environnement. La présence de verdure dans les villes aide également à lutter contre la canicule. En effet, plus il y a de la végétation, plus l’air se rafraîchit. Les arbres sont également essentiels pour lutter contre la pollution de l’air. Par ailleurs, l’agriculture urbaine est également un bon moyen de lutter pour la biodiversité.

Comment se mettre à la green guérilla ?

Rendre la ville plus verte est un projet tout à fait réalisable, notamment si chacun s’active. Si chaque citadin se met à planter un arbre, la ville serait verte en peu de temps. Toutefois, il ne faut pas attendre que les autres agissent pour entreprendre une action. La green guérilla invite chacun à agir à son échelle pour végétaliser les espaces urbains. Il ne faut pas non plus s’attendre à des miracles et espérer que tout ce qui est planté va forcément pousser. Il faut s’attendre à des échecs et en tirer des leçons. Voici quelques conseils pour adopter la green guérilla :

Commencer à proximité de chez soi.

Pour débuter, mieux vaut commencer près de chez soi pour suivre l’évolution de la plante. Nul besoin de trouver un grand terrain pour semer ou planter, le pied d’un arbre est parfait pour commencer ou encore les carrés de terre sous les panneaux de signalisation. Bref, le jardinage urbain peut être réalisé dès qu’il y un recoin qui n’est pas recouvert de béton.

Se promener pour trouver les coins à verdir.

Un guérillero jardinier doit prendre l’habitude de se promener en ville pour se réapproprier l’espace urbain et trouver les coins à végétaliser. Le coin idéal est un endroit qui ne fait pas l’objet d’une activité humaine. Aucun recoin aussi petit qu’il soit n’est pas laissé au hasard, un parterre de quelques centimètres est suffisant pour faire pousser une salade, des trèfles ou encore une courgette.

Fabriquer des bombes à graines.

Les bombes à graines sont un excellent moyen pour végétaliser les espaces urbains. Le guérillero jardinier n’a qu’à les lancer sur le terrain à verdir et à arroser. Cette solution est très pratique pour reverdir des zones difficilement accessibles comme les pentes ou les lieux en hauteur. Les bombes à graines sont faciles à fabriquer. En effet, les graines sont mélangées à de l’argile et du terreau. Les graines disposent ainsi d’éléments nutritifs essentiels pour leur développement. Avec les bombes à graines, il est possible de s’adonner à la green guérilla même en restant dans sa voiture.

Se lancer dans le DIY.

Il faut parfois se lancer dans des DIY pour favoriser la pousse des plantes, notamment pour les potagers. L’idéal est de faire pousser les salades, les courgettes, les fraises dans un mini-potager fabriqué avec des palettes de bois. Le mini-potager en bois est ensuite installé sur le trottoir ou encore accroché à une clôture. Les légumes sont ainsi protégés des saletés se trouvant au sol.

Planter des arbres fruitiers.

Dans les zones où il est possible de le faire, il est intéressant de planter des arbres fruitiers. Il s’agit à la fois d’un geste écologique et solidaire. En effet, cela permet d’aider les familles en difficulté qui n’ont pas les moyens d’acheter des fruits frais et d’en manger.

Verdir son chemin de tous les jours.

La principale difficulté avec la green guérilla est le suivi de l’évolution de la culture. Il est ainsi préférable de commencer par planter et semer les zones se trouvant sur les chemins empruntés régulièrement. Il est ainsi plus facile de voir l’évolution des plantes et de s’en occuper.

Partager des bombes à graines à son entourage.

Plus il y a de guérilleros jardiniers, mieux c’est ! Pourquoi ne pas encourager son entourage à participer à l’action. Il suffit de partager des bombes à graines pour que son groupe d’amis ou sa famille participe à l’action. Ils n’ont qu’à lancer les bombes là où ils passent.

Mettre des écriteaux à côté des plantes.

L’un des principes de la green guérilla est le sens du partage. Ainsi, il convient de mettre des écriteaux à côté des légumes et des fruits pour expliquer aux gens qu’ils peuvent en manger. Il s’agit également ici d’un moyen d’informer les gens de l’action et de les encourager à y participer également.

Planter des variétés de fleurs.

Utiliser les bombes à graines pour planter des fleurs afin de faire venir les insectes pollinisateurs. Les fleurs vont également apporter une touche de couleur à l’environnement urbain dominé par le béton.

Share This